• 152520 visits
  • 189 articles
  • 6967 hearts
  • 9154 comments

Bonjour et Bienvenue ! 20/12/2010

 

Bonjour et bienvenue !


Ce skyblog est consacré à mes fictions sur le couple Drago/Hermione.




Fictions :
 
" Un amour de Vélane " ( Page 1 à page 13 )[ Terminée]


" Serpentard d'un jour, serpentard toujours " ( Page 13 à Page 20 )[Terminée]


" Une chance empoisonnée " ( Page 20 à page 24)[ Non terminée ; En suspens] 


" Ephemeral "(Page 24 à page 34)[ Terminée]


"Rira bien qui rira le dernier"(Page 35 à ?)[ En cours]

One Shoot :
 




Puisque j'en ai l'occasion, je vais faire une courte présentation. Je m'appelle Sonia et j'ai 20 ans. Ca fait presque 4 ans que j'ai commencé à écrire des fictions. A écrire tout court, en fait. Ma première fiction est Un amour de Vélane. Lorsque je la relis, je trouve franchement qu'elle est très bof (particulièrement le début) mais j'ai décidé de la laisser, ainsi que toutes les autres parce qu'elle est une part de mon travail =)
Cependant, si vous êtes nouvelles (je doute sérieusement qu'il y ait un jour un lecteur...), je vous encourage vivement à commencer par Ephemeral qui est plus représentatif de ma façon d'écrire actuelle. Oui bon, j'avoue que j'ai peur de vous faire fuir si vous commencez par Un amour de Vélane. Attention, je ne vous dissuade pas de tout lire ! Seulement commencez par ce que je juge de meilleur =)
Après, vous faites ce que vous voulez !
       J'espère en tout cas que vous passerez du bon temps sur ce blog et je vous encourage à me laisser un petit commentaire de temps en temps pour me dire ce que vous en pensez =)
Et si quelqu'un qui passe par là à la merveilleuse idée de faire du plagiat, qu'il fasse. Mais il n'en récoltera aucun mérite.
Sur ce, bonne visite !


Lisa : Tout d'abord merci pour ton commentaire ! Je suis contente que tu aies pris la peine de me donner ton avis, ça compte beaucoup pour moi.
Cependant, j'écris des fanfictions et je pense que le but de cela n'est pas de forcément reprendre les personnages tels qu'ils sont dépeints dans les livres. Au contraire, je pense qu'on peut les mouler à notre façon, les changer, leur faire prendre un autre chemin. Du moment que l'histoire est cohérente, je ne vois pas où est le problème. Si toutes les fictions reprenaient les personnages du livre, elles seraient bien monotones ! Je n'estime donc pas "ternir" les personnages puisque dans ce contexte, même si JKR leur a donné vie, ce sont mes personnages. Je leur ai créé un univers qui m'est personnel.
Dans Serpentard, Hermione est depuis le départ dans la maison des serpentard. A partir de là, l'histoire ne ressemble déjà plus aux livres alors quitte à donner un univers différent, autant y aller à fond.
Je conçois que Serpentard est un peu maladroite. C'est ma seconde fiction et elle est loin d'être parfaite. Même moi je n'y trouve plus grand intérêt mais je respecte mon travail et je ne changerais pas une ligne de l'histoire. Je ne pense pourtant pas que c'est une "histoire d'amour sans grand intérêt" parce que j'y ai mis tout mon c½ur afin de la rendre la plus crédible et originale possible.
Pour moi, si une fanfiction ne joue pas un minimum avec les personnages, il n'y pas beaucoup d'intérêt. A quoi ça servirait d'écrire la même chose que JKR ? L'imagination doit être tout entière, sans limite.
La fiction ne t'a pas plu, je l'accepte sans difficulté. C'est ton choix et tes goûts. Mais je ne pense qu'on puisse la qualifier pour autant "d'idiote", "improbable", "pas logique", et juste "pour mettre en scène des amoureux qui se bécotent".
Merci tout de même =)

Un amour de Vélane - Chapitre 1 15/04/2008

 

Un amour de Vélane


Chapitre 1


- Harry ! Ron !
- Hermione ! s'écrièrent en c½ur les deux interpellé.
Il était 11h03 et le train menant à l'école de sorcellerie Poudlard venait de quitter la gare King cross. La matinée était ensoleillée, et la fin de l'été se faisait sentir grâce à la légère baisse de température ce 1 septembre. Hermione n'avait pas revue ses amis depuis 2 mois, depuis la fin de l'année scolaire précédente. Et pour cause chacun des trois amis étaient trop occupés : Harry était demandé partout et cela était normal. Après tout c'était lui qui avait tué le plus grand mage noir de tous les temps, Voldemort. Ron, lui, avait passé beaucoup de temps avec sa famille en deuil. Quand à Hermione, elle était allée chercher ses parents en Australie et avait annulé le charme qui faisait d'eux Wendell et Monica Wilkins. Il lui arrivait également de donner des interviews, après tout si le seigneur des ténèbre était mort, c'était un peu grâce à elle.
Les trois amis avaient maintenant 18 ans et étaient de retour à Poudlard afin de passer leur ASPIC. Le professeur McGonagall, devenue à la mort de Dumbledore la directrice de l'école, avait décidée que tous les élèves présent ou pas l'année précédente en dernière année devait refaire leur septième période scolaire. Il y avait donc deux fois plus d'élèves que d'habitude.
Hermione embrassa tout le compartiment, à savoir Harry, Ron, Ginny, qui était collée à Harry, Hermione souriait intérieurement. Luna et Neville était aussi de la partie. Cependant lorsqu'hermione finit ses embrassades, elle remarqua un air ahurie sur chacun de ses camarades :
- Quoi ?! Demanda t-elle agacée de pas comprendre ce qui se passait.
Ron avait la bouche grande ouverte, il lui était impossible d'émettre un son.
Finalement se fut Ginny qui rompit le silence en éclatant de rire :
- Dis donc Hermione c'est fou ce que tu as changé durant ces deux mois !
En effet Hermione n'était plus une adolescente mais une jeune femme particulièrement jolie. Elle avait grandi et s'était affinée. Ses formes étaient bien visibles et étaient harmonieusement proportionnées au reste de son corps. Ses cheveux châtains tombaient soigneusement plus bas que ses épaules et formaient de légères boucles parfaitement dessinées.
Flattée par cette remarque, Hermione s'assit silencieusement à côté de Ron. Celui-ci était mal à l'aise dès qu'Hermione s'approchait de lui ou lui parlait. En effet leur couple n'avait pas survécu aux vacances car Hermione avait préféré mettre fin à cette union. Les conversations allaient bon train, tous avaient quelque chose à raconter. Soudain Harry arrêta son récit qui racontait un malentendu avec un journaliste et se tourna vers Hermione :
- Euh... Hermione ? Tu ne m'avais pas dit que tu étais préfète en chef cette année ? Tu n'es pas censée aller dans un compartiment qui vous est destiné ?
Le c½ur d'Hermione se mit à battre très fort. Comment avait-elle pu oublier son titre de préfète en chef ? Elle sortit comme un fusée de la cabine, se rua dans le couloir et courut jusqu'au compartiment des préfets. Lorsqu'elle entra, McGonagall avait pratiquement terminée son discours et regarda Hermione d'un ½il noir :
-Eh bien Miss Granger, je suis très heureuse que vous nous accordez un peu de votre de temps.
La réplique avait été cinglante et Hermione devina tout de suite l'humeur de son professeur.
-Je...Je suis désolée... Balbutia-t-elle.
Elle sentit le sang lui monter à la tête et devina qu'elle devait être aussi rouge qu'une tomate.
On n'entendait dans la cabine qu'un léger ricanement provenant d'un garçon aux cheveux blond en bataille qui lui tombait par mèches au dessus de ses yeux d'un bleu transperçant. Son visage était fin et ses traits réguliers. Son tee-shirt moulant son torse laissait deviné une musculature parfaite. Malgré sa position assise, Hermione devina qu'il devait être plus grand qu'elle d'au moins dix centimètres. Drago Malefoy était là et, comme à son habitude n'avait pas manqué une occasion de se moquer de sa rivale.
Hermione pensa qu'elle n'était pas la seule à avoir changé durant ces deux mois. Elle s'assit à l'opposé du serpentard et attendit que McGonagall reprenne ses explications.
-Bien. Comme je le disais avant l'intervention de Miss Granger, il n'y a que deux appartements pour quatre préfets en chef. Vous devrez donc vous mettre par deux.
Les deux préfets de poufsouffle et de serdaigle se regardèrent discrètement. Ce coup d'½il n'échappa pas à Hermione qui venait de comprendre que son pire cauchemar allait devenir réalité.

Un amour de Vélane - Chapitre 2 15/04/2008

Chapitre 2 :

Hermione rejoignit ses amis à la table des Gryffondors avant le début du banquet. Elle s'assit avec force, une mine renfermée sur le visage. Elle, Hermione Granger, meilleure élève de Poudlard, allait devoir partager durant une année scolaire entière un appartement avec lui, cette vermine, ce vaux rien, sûrement le pire être qui puisse exister dans l'école, en dehors de Peeves, cela va de soit . Comment cela pouvait-il être possible ?
- Youhou Hermione ! Ca va ?
La voix posée et calme de Ginny la tira de ses pensées.
- Si ça va ? Si ça va ??! Répéta-t-elle avec force.
Neville qui était assis à sa gauche se décala légèrement, comme s'il avait à côté de lui une bombe à retardement. Cependant il n'avait pas complètement tord.
- Comment pourrais-je aller bien alors que je vais devoir partager pendant UN AN un appartement avec cette fouine ?!
Sa voix partait dans les aiguës. Ron, Harry et Ginny, étant les êtres la connaissant le mieux, savaient que ce changement de fréquence signifiait une grande colère.
- Calme toi et explique nous ton problème sans t'énerver parce que la j'avoue que je ne comprend rien.
Harry avait parlé doucement mais fermement. Sa voix apaisa un peu Hermione qui reprit plus calmement :
- Je vous explique mon PETIT problème. Comme vous le savez je ne dormirais plus dans la maison des gryffondors mais dans un appartement réservé aux préfets en chef...
Ron ne voyait pas où Hermione voulait en venir. Il aurait donné n'importe quoi pour avoir un appartement et une salle de bain pour lui tout seul...
- ... appartement que je vais devoir partager (ce mot lui arracha une grimace) avec Drago.
Toutes les personnes ayant entendues la réplique d'Hermione eurent la même réaction : leurs yeux s'agrandirent au point d'en devenir deux cercles parfait, leur bouche s'entrouvrit et tous lâchèrent inconsciemment le couvert, le verre ou autre objet qu'ils tenaient dans leur main. Tous, à une exception près. Luna détacha ses yeux du Chicaneur, alertée par un bruit. Neville avait lâché son verre qui était venu s'écrasé au sol lourdement. Par habitude, Hermione sortie sa baguette et répara les dégâts à l'aide d'un sortilège. Luna pris alors la parole, donnant l'impression de se parler plus à elle-même qu'aux autres assis autour d'elle :
- Je ne vois pas ce qu'il y a de mauvais ! Ce serait une bonne chose si les serpentards et les autres maisons pouvaient se côtoyer sans incidents ! Il faudrait tous que l'on prenne exemple sur les ronflaks cornu qui s'entendent très bien avec les boullus d'eau douce malgré leurs différences ...
Personne n'ajouta quelque chose à sa remarque. Luna avait un don pour dire des choses hors contexte.
- Hermione, je sais que sa va être difficile mais il va falloir faire un effort, au moins pour ne pas vous entretuer.
C'était la première fois que Ron parlait depuis le début du repas. Il rajouta d'une petite voix que seul Harry perçut :
- Ce serait dommage...
- Oui tu as raison je ne vais pas lui parler et il ne me parlera pas. Je vais faire comme s'il n'existait pas !
A quelques tables de là, un jeune homme arrivait furibond à la table des serpentards. Pansy Parkinson se rapprocha rapidement de lui et lui susurra d'une voix qu'elle voulait sensuelle :
- Qu'est ce qu'il y a mon Drago ? Ta pas l'air bien... Tu sais, tu peux tout me dire ...
La réponse de Drago fusa comme une fléche :
-Oh pitié, Pansy arrête de minauder avec cet air mielleux ! On dirait une attardée !
Sans plus attendre, il marmonna qu'il n'avait pas faim et parti comme il était venu laissant derrière lui une Pansy complètement dépitée et des serpentards atteint d'une crise de fou rire violente.

Un amour de Vélane - Chapitre 3 15/04/2008


Chapitre 3 :

Hermione n'avait pas touché à son assiette. Elle était écoeurée, dégoûtée, elle avait envi de vomir. Cette année, la dernière à Poudlard, elle voulait en profiter comme jamais elle ne l'avait fait. Elle voulait graver des moments intenses de bonheur. Seule ombre au tableau, elle allait devoir passer la moitié de son temps en cohabitation avec Drago Malefoy. Le seul fait de penser cela n'arrangeait en rien son mal être et c'est répugnée qu'elle annonça à ses amis qu'elle allait se coucher.
Lorsqu'elle entra dans l'appartement, son mal se dissipa un peu face à la beauté des lieux.
Elle se trouvait dans une grande pièce circulaire contenant des fauteuils et des canapés pas récents mais accueillants. Le sol était recouvert d'une moquette couleur prune et la tapisserie des murs était rayée aux couleurs de Gryffondor et de Sepentard. La pièce comportait également une grande bibliothèque, à son plus grand bonheur et pleins d'objets éparpillés un peu partout. La salle était poussiéreuse et un grand bazar y régnait.
C'est cet ensemble qui rendait la pièce si belle et chaleureuse.
- Pathétique n'est-ce pas ? Oh, j'oubliais tu as déjà vécu chez les Weasmoches, l'endroit doit bien te plaire alors ...Moi j'ai toujours été habitué au luxe et à la beauté, mais toi...
Drago avait parlé d'une voix douce mais arrogante. Hermione répliqua sans se faire prier :
- Ta gueule Malefoy. J'ai une idée pour notre cohabitation : je ne te parle pas et tu ne me parles pas, ok ?
Elle ne lui laissa pas le temps de répondre, tourna les talons et partie s'enfermer dans sa chambre. Alors qu'elle arrivait en haut de l'escalier menant à celle-ci, une main se referma sur son bras et la tira en arrière.
- Lâche moi espèce d'idiot ! Crétin sans cervelle !
Sans prendre la peine de répondre, le serpentard l'obligea à descendre les escaliers et la poussa sur un des fauteuils.
- Que ce soit clair entre nous sang de bourbe. Tu te crois peut être maligne à m'insulter mais sache que je suis un sang pur et que jamais, tu m'entends bien, jamais une sang souillé ne me reparlera comme tu m'as parlé aujourd'hui.
Il avait posé ses mains sur les accoudoirs du fauteuil dans lequel Hermione était assise et la fixait droit dans les yeux. Au fur et à mesure qu'il prononçait ces paroles, il se rapprochait dangereusement de la gryffondor. Celle-ci pouvait sentir son haleine tiède balayer son visage. Elle se surprit à penser que si les paroles qu'il prononçait n'étaient pas aussi affreuses, cette situation lui plairait bien. Drago était vraiment devenu sexy et attirant, pour n'importe quelle fille. Même la plus difficile en matière de garçon ne pourrait pas résister à son charme. Mais c'était Malefoy, le serpentard, l'ennemi et commencer à penser cela était un jeu dangereux pour Hermione.
De son côté le jeune homme pensait qu'il n'avait jamais pris la peine d'observer Hermione de plus près. Après tout pourquoi l'aurait-il fait ? Ce n'es qu'une sale petite sang de bourbe, amie avec un traître à son sang et un bigleux que tout le monde admire. Mais maintenant qu'il pouvait la voir, il comprit pourquoi beaucoup de garçons parlaient d'elle cette année. Elle était vraiment devenue belle, oui, belle était le mot juste. Son regard était pénétrant. Elle essayait de le rendre méchant, c'était tellement mignon... « Putain, non mais ça va pas Drago, qu'est ce qui te prend ? Quoi ? C'était juste une constatation... »Il livrait un combat intérieur extrêmement douloureux. Comment pouvait-on haïr une fille au plus au point et la trouver belle ? Ces deux choses n'allaient pas ensembles.
Il se recula, tourna les talons et parti dans sa chambre. Hermione eut quand même le temps de lui lancer :
- Non mais qu'est ce qui va pas chez toi ?
Juste histoire d'avoir le dernier mot.
Elle se releva difficilement, ses jambes tremblaient. Elle pris ses valises au pied de l'escalier menant aux chambres et à la salle de bain et les monta avec elle.
Durant une heure elle déballa ses affaires. Quand cette corvée fut finit, elle décida d'aller prendre un bain, histoire de ce détendre. La confrontation qu'il y avait eu une heure plus tôt avait tout de même été éprouvante. Elle en voulait beaucoup à Malefoy. Comment avait-il osé la traiter de la sorte ? La traîner dans les escaliers comme il l'avait fait ?
Lorsqu'elle entra dans la salle de bain, la surprise fut de taille. Il n'y avait pas une baignoire mais une piscine. Une énorme piscine avec des robinets en or superposés tout autour d'elle. Hermione ne savait plus ou donner de la tête il y avait tellement de choses à voir. Elle ne remarqua pas tout suite la présence du jeune blond dans l'eau. C'est quand celui-ci lui parla qu'elle se rendit compte qu'elle n'était pas seule.
- Eh bien ! Tu ne plus te passer de moi ou quoi ? Aller dégage ! Je te laisserais bien venir mais tu risques de salir l'eau avec ton sang impur ...
La jeune femme était tellement en colère qu'elle enleva son peignoir. Heureusement qu'elle avait pensé à mettre son maillot de bain. Au cas ou Malefoy serait rentré pendant son bain.
- Arrête ! Mais qu'est ce que tu fabriques ? Tu bouffes mon espace vital là !
Il y avait une pointe de panique dans la voix du serpentard. Hermione aurait juré que son teint avait rosi depuis qu'elle s'était découverte. Ce qui était compréhensible. La gryffondor portait un maillot de bain rose pâle qui allait parfaitement avec sa peau et laissait deviné ses formes généreuses.
- Si la piscine est aussi grande c'est peut être pour qu'on puisse pour y aller à deux non ?
Elle rentra dans l'eau telle une sirène et s'éloigna le plus possible de Malefoy.
Le reste de la soirée sans passa sans un mot pour les deux élèves. Et c'est dans un silence de plomb qu'Hermione alla se coucher.

Un amour de Vélane - Chapitre 4 15/04/2008

Chapitre 4
:

Le lendemain matin, lorsqu'Hermione ouvrit les yeux, elle sut tout de suite qu'elle serait d'une humeur massacrante tout au long de la journée. Et pour cause, elle avait fait un horrible cauchemar dans lequel elle devait partager son appartement de préfète en chef avec Malefoy, LE cauchemar par excellence. Tout à coup, sa porte s'ouvrit à la volée et Drago entra d'une démarche déterminée. Hermione se retourna dans son lit et referma les yeux. Une poignée de seconde après, elle les rouvrit et se retourna. Le serpent était toujours là, au milieu de la chambre, un sourire narquois sur les lèvres. Hermione compris aussitôt que son cauchemar n'en était pas un. Elle remonta à toute vitesse ses couvertures sur son corps et lança un regard noir à Drago.
- Espèce de crétin à cervelle de moineau ! On ne ta jamais appris à frapper aux portes ?
Les mains du serpentard se mirent à trembler, sa peau habituellement blanche vira au rouge et d'un geste brusque mais rapide il extirpa sa baguette dessous sa cape :
- Je t'avais prévenu Granger, je ne me laisserai plus insulter par une sang de bourbe !
- Hoho ! Et qu'est ce que tu vas me faire hein ? Sale tricheur ! Si tu veux un combat alors laisse moi prendre ma baguette.
Drago se mit à ricaner bêtement et répliqua :
- Ce serait trop simple miss je-sais-tout !
Il leva sa baguette dans les airs mais Hermione ne lui laisse pas le temps de prononcer le sortilège. Elle se jeta sur lui et tous les deux tombèrent à terre dans un bruit sourd. Dans la lancée, Hermione s'était cognée le bras dans le coin de sa commode et du sang commençait à couler...beaucoup de sang...de plus en plus de sang. Malefoy se releva tant bien que mal et découvrit l'affreux spectacle qui s'offrait à lui. Hermione était à genoux, se tenait le bras et sanglotait en se balançant d'avant en arrière. Elle avait du sang étalé partout sur elle.
- Granger ! Il faut que tu ailles à l'infirmerie ! Reste pas comme sa !
Hermione s'entait la panique dans sa voix et pour une raison qu'elle ignorait, cette panique fit exploser toute la rage et la colère qu'elle avait en elle:
- Dégage ! Dégage ! C'est de ta faute tout sa ! En deux jours il m'est arrivé plus de problème qu'en un mois ! Casse toi ! Mon sang impur va te salir, je te déteste ! Non, en fait je te HAIS Malefoy tu m'entends ?! Je te HAIS !
Ces paroles furent prononcées avec tellement de haine qu'elles déstabilisèrent Drago qui préféra sortir de la chambre d'Hermione. Celle-ci se releva lentement. Des larmes de fureur et de douleur coulaient le long de ses joues. Elle se dirigea vers la sortie mais bizarrement ne croisa pas Drago.
Dans le couloir menant à l'infirmerie, elle faillit rentrer dans Harry qui, lui, se dirigeait vers la grande salle.
- Hermione ! Mais qu'est ce que tu as fait ? Regarde dans quel état tu es !
- Rien je suis tombée.
Elle avait prononcé ces paroles d'une petite voix faiblarde mais avec une autorité qui coupait court à cette conversation. Elle ne voulait pas révéler à Harry la réelle cause de sa blessure. La culpabilité commençait à se faire une place dans l'esprit de la jolie brune.
Peut-être y était-elle allée un peu fort ? Drago n'était sûrement pas venu dans sa chambre par plaisir. Il devait forcement vouloir lui dire quelque chose. Elle faudrait qu'elle aille s'excuser et lui demander ce qu'il voulait. Cette idée ne l'enchantait guère mais contrairement au jeune homme, elle était une personne civilisée.
Une dizaine de minutes plus tard, le bras d'Hermione ne comportait aucune cicatrice même légère. Madame Pomfresh était vraiment doué en matière de blessures.
C'est donc en compagnie d'Harry qu'elle se dirigea vers la grande salle. Lorsqu'ils pénétrèrent dans celle-ci, le regard d'Hermione se dirigea d'instinct vers la table des serpentard, mais aucune tête blonde n'était assise. La jeune fille se sentait de plus en plus mal à l'aise.
Le reste de la journée se déroula tranquillement. Comme tous les samedis Hermione était allée à la bibliothèque, puis avait passé son après-midi en compagnie de Ron, Harry et Ginny. Ces deux derniers c'étaient d'ailleurs remis ensemble depuis peu. Cependant, la gryffondor ne pouvait s'empêcher de penser à Malefoy. Jamais elle n'oublierait ce regard choqué avec une pointe de tristesse au fond des yeux qu'il lui avait lancé. Ce n'était pas un regard qu'elle lui connaissait.
Après le repas du soir, elle souhaita bonne nuit à toute la troupe des gryffondors et monta se coucher. Elle redoutait cet instant car elle était persuadée qu'elle croiserait Drago. Elle n'était pas retournée dans l'appartement depuis l'incident du matin. Lorsqu'elle rentra dans celui-ci, elle sut tout de suite que quelque chose était différent. En effet, une robe de sorcière était au milieu de la pièce et ne lui appartenait pas. Elle tendit l'oreille et entendit ce à quoi elle pensait : le rire d'une fille ainsi que celui du serpentard montaient de la chambre de celui-ci.
Quelle conne elle avait été ! Dire qu'elle regrettais ses paroles et était persuadée que Drago était effondré dans un coin du château. Ecoeurée, elle sortit de la pièce. Elle étouffait et avait besoin d'air. Une balade dans le parc de Poudlard ne lui ferait pas de mal.
Elle était assise dans l'herbe humide au bord du lac lorsqu'elle revint sur sa décision. Elle n'allait pas s'excuser envers Drago mais seulement lui demander ce qu'il lui voulait. Ce sera les seules et dernières paroles qu'elle lui adresserait jusqu'à la fin de l'année.
Au même moment, dans une des innombrables tours de Poudlard, un jeune homme torse nu passait du bon temps avec un jeune fille en sous-vêtement. Lorsque Drago tourna la tête et regarda par la fenetre, il reconnu Hermione assise, seule, au bord de l'eau.
- Pansy, faudrait que tu partes maintenant.
- oh... Déjà ?
- Ba c'est bon. Là je me suis excuser pour mon comportement d'hier soir non ?! Donc maintenant tu dégages s'il te plait.
Vexée, Pansy repartie rapidement. Le serpent remis sa chemise et alla s'asseoir dans un des vieux canapés du salon. Environ une heure plus tard, Hermione arriva, les joues rosies par la légère brise qui soufflait à l'extérieur. Elle s'arrêta net à l'entrée de la pièce et lança d'un ton on ne pouvait plus froid :
- Qu'est ce que tu me voulais ?
- Quoi ?
- Ce matin, tu n'es pas venu dans ma chambre sous ordres de Merlin je présume. Tu voulais certainement quelque chose non ?
- McGonagall voulait nous voir mais finalement j'y suis allé tout seul.
Il avait deviné les intentions de la lionne et reprit aussitôt avant qu'elle ne lui reproche de ne lui avoir rien dit :
- On doit organiser une sortie à Pré-au-Lard et récupérer les autorisations de sortie de tous les premières années.
Hermione acquiesça et monta en vitesse dans sa chambre.